Une semaine après l’annonce de leur fusion, les rédactions des deux quotidiens bernois Bund et Berner Zeitung ont publié mercredi un manifeste à l’intention du public. Le personnel des deux titres exige de l’éditeur Tamedia qu’il réduise le nombre des licenciements. Ils lancent pour cela l’action «Keine halbe Sachen!» («Pas de demi-mesure!»).

Les deux rédactions souhaitent aussi connaître le plus rapidement possible qui sera touché par les suppressions d’emplois. Lors de l’annonce du regroupement des deux titres, l’éditeur zurichois a mentionné la perte de 20 emplois plein temps (EPT).

Modèle alternatif demandé

Le personnel estime que la suppression de ces 20 EPT affectera une trentaine de collaborateurs. Il juge irréaliste d’imaginer que cette restructuration pourra se faire uniquement par le biais des fluctuations naturelles. Il attend de l’éditeur zurichois qu’il étudie un modèle alternatif.

L’association professionnelle des journalistes suisses Impressum juge alarmante cette «atrophie de la diversité des médias», soutient les revendications des employés des deux titres ainsi que l’action «Keine halbe Sachen» et appelle ses membres à en faire de même.