Le Parti pirate, qui contestait la loi sur la protection des mineurs dans les secteurs du film et du jeu vidéo, n’a pas atteint la moitié des 50 000 signatures requises pour le référendum, annonce ce lundi la Chancellerie fédérale. Le peuple ne se prononcera donc pas sur cette nouvelle loi. Cette dernière exige des plateformes telles que TikTok ou Netflix d’afficher l’âge minimum requis pour accéder à ses contenus et de contrôler que l’utilisateur répond à ce critère.

Le Parti pirate, qui avait dans un premier temps estimé avoir atteint le nombre requis de signatures, a annoncé avoir des doutes samedi. Il évoquait alors des problèmes liés à un générateur de feuilles de signatures personnelles pour expliquer cette baisse du nombre de signatures récoltées. Cet outil permet de récolter plus vite des signatures, mais le contrôle sur le nombre de signatures réelles est plus faible.

Lire aussi: Identification obligatoire en ligne: le Parti pirate dépose son référendum

Ce lundi, la Chancellerie a écrit dans un communiqué: «Il ressort du contrôle effectué par la Chancellerie fédérale que le nombre de signatures valables recueillies n’atteint pas la moitié des 50 000 signatures prescrites par la Constitution».

«Nous avons reçu 5000 signatures rien que vendredi, mais il était trop tard, elles n’étaient plus valides», déclare au quotidien Le 24 heures, Jorgo Ananiadis, président du Parti pirate. Et d’ajouter: «Au moins nous avons pu dénoncer, faire réagir le public et certains élus sur cette absurdité que constitue le fait de céder ses données en ligne».