Réunis hier soir en assemblée générale, une vingtaine de démocrates-chrétiens de la section Ville de Genève ont décidé de lancer un référendum contre le musée d'ethnographie. Ils s'opposent ainsi au vote du conseil municipal de Genève qui, le 21 février dernier, a accordé un crédit de 63 millions de francs pour la construction du nouveau musée baptisé l'Esplanade des mondes, situé sur la place Sturm.

«Il est normal que les Genevois se prononcent sur un objet dont le coût total avoisine les 100 millions de francs», estime Alice Ecuvillon, cheffe de la section. «Nous avons plusieurs objections notamment sur le choix du site et le concept», précise Guy Mettan, conseiller municipal PDC. La section Ville de Genève a approuvé à 80% le lancement du référendum.

La décision des démocrates-chrétiens va certainement influencer les 19 conseillers municipaux du Parti libéral qui se rencontrent aujourd'hui mardi, entre midi et quatorze heures, pour décider à leur tour s'ils empruntent la voie référendaire. «A titre personnel, je souhaite que la population puisse s'exprimer sur un projet aussi important», confie Jean-Pierre Oberholzer, chef de groupe des libéraux au Conseil municipal. Il est probable que les libéraux s'associent aux démocrates-chrétiens, car les deux partis formulent les mêmes critiques, c'est-à-dire un montage financier jugé hasardeux, mais aussi un choix du site qui ne convient pas et un concept muséologique pas assez innovateur.

C'est pourtant après un débat marathon de plus de 6 heures au sein du Conseil municipal que les socialistes, les Verts, les radicaux et les membres de l'Alliance de gauche, sans les Indépendants, avaient approuvé le financement du musée. Pour obtenir le soutien du Parti radical, Alain Vaissade, maire de Genève, avait choisi de réduire de 10 millions de francs la participation de la Ville, initialement prévue à 73 millions. Les apports extérieurs devront représenter 35 millions de francs. Les référendaires disposent de 40 jours pour réunir 4000 signatures.