Votation

La réforme des rentes est sur le fil du rasoir

Selon le dernier sondage de gfs.berne, le projet est en perte de vitesse, mais passerait quand même tout juste la rampe. Grande inconnue: la majorité des cantons, nécessaire pour la hausse de la TVA

Rien n’est joué pour la réforme de la prévoyance vieillesse, promise à un résultat très serré depuis le début de la campagne. Le dernier sondage dévoilé ce mercredi matin par l’institut gfs.berne pour le compte de la SSR le confirme.

Si la votation avait eu lieu début septembre, les Suisses auraient dit oui à 51% à la réforme en tant que telle. Mais l’augmentation de la TVA pour financer l’AVS, qui est aussi soumise au peuple, ferait un score encore plus serré. 50% des sondés y sont favorables, 45% y sont opposés et 5% ne savent pas.

Retrouvez tous nos articles sur la réforme des retraites.

Une perte de vitesse

Comparé au précédent sondage du même institut, publié le 18 août, le projet porté par le conseiller fédéral Alain Berset est en légère perte de vitesse. Mais même si la tendance est négative, le pourcentage d’indécis ne permet pas aujourd’hui de faire un pronostic clair quant au résultat final.

Lors du premier sondage: Un modeste «oui» pour la réforme des rentes, selon un sondage

D’autant plus qu’un élément sera déterminant: le changement de TVA nécessite également la majorité cantonale. Elle est loin d’être acquise. Dans une précédente analyse, gfs.berne pointait cinq cantons susceptibles de faire basculer la majorité dans un sens ou dans l’autre: Bâle-Campagne, Soleure, Saint-Gall, le Valais et le Tessin.

Les partis s’alignent

Dans les détails, l’institut de sondage montre que les rangs se resserrent derrière les mots d’ordre des partis. PS et Verts parviennent peu à peu à convaincre les électeurs de gauche d’approuver la réforme, malgré l’augmentation d’une année de l’âge de la retraite des femmes. Pareil pour le PLR et l’UDC, dont la campagne choc contre le projet semble porter ses fruits.

A ce stade, gfs.berne n’exclut pas du tout un vote contradictoire. Alors que les citoyens qui sont en faveur de la réforme doivent voter deux fois oui pour qu’elle passe, le sondage montre que 6% des partisans de la hausse de la TVA sont opposés à la réforme et que 6% des partisans de la réforme sont contre la hausse de la TVA.

Schizophrène? La journée de votation du 24 septembre s’annonce dans tous les cas palpitante.

Publicité