• Mise en œuvre d'une comptabilité financière intégrée s'étendant à tous les départements. Cet outil de gestion permettra l'établissement d'une véritable comptabilité analytique des activités de l'Etat et de recourir à des tableaux de bord performants.

L'avènement de la comptabilité financière intégrée, qui devrait être pleinement opérationnelle en 2005, est probablement la mesure la plus emblématique prise par l'Etat pour accroître la lisibilité et la transparence des activités de ses services.

• Remplacement, depuis le 1er janvier 2004, de l'économat cantonal par la Centrale commune d'achat susceptible d'optimiser les acquisitions de matériel de l'Etat. Jusqu'ici, les achats étaient dispersés dans différents départements et n'offraient pas toujours la cohérence souhaitée.

• Mise sur pied du cash pooling, à savoir une gestion centralisée de la trésorerie (des différents comptes des services étatiques).

Si pour l'heure, une minorité de services de l'Etat y participent, la démarche est censée s'étendre à tout l'Etat, y compris aux établissements publics autonomes.

• Établissement de divers contrats de prestations avec des entités parapubliques.