Elu socialiste au Conseil général de Romont et propriétaire à Lausanne d’une agence de voyages solidaire, la Voie lactée, Abdel Lamhangar appelle, avec un groupe d’amis, à manifester à Berne samedi à 14 heures sur le thème «Touche pas à mon pays». Une manière pour ce Suisse de culture musulmane de répondre à l’appel au djihad du colonel Kadhafi.

Le Temps: Pourquoi cette manifestation?

– Abdel Lamanghar: Par solidarité d’abord. Et parce que, en tant que citoyens de religion ou de culture musulmane, nous courons le risque d’êtres instrumentalisés. Le colonel Kadhafi a relié son appel au djihad au vote sur les minarets. Nous voulons dire que nous refusons absolument que cette question, qui doit être discutée dans le cadre démocratique suisse, soit utilisée pour attaquer notre pays.

– Ne risquez-vous pas, par cette démarche, de jeter de l’huile sur le feu?

C’était la crainte d’une partie des personnes que j’ai contactées. Mais je les ai convaincues du contraire: appeler au djihad est un acte fort, qui demande une réaction. Nous refusons cette instrumentalisation de l’islam et des musulmans de Suisse.

– Vous parlez de citoyens: est-ce à dire que votre démarche se limite aux Suisses musulmans?

Non, bien sûr, je parle de citoyens au sens large, de tous les musulmans qui vivent ici et se sentent partie prenante du pays.

– Qu’en est-il des Suisses non musulmans?

– Ils sont aussi les bienvenus, bien sûr. Mais notre intention n’est pas d’organiser une manifestation de masse, avec les risques de débordement que cela comporte. Nous voulons poser un acte symbolique.

– Vous courez peut-être surtout le risque inverse: d’être très peu nombreux

– Cela m’est égal. J’y serais allé seul avec mes deux enfants s’il le fallait.

– Avez-vous obtenu les autorisations nécessaires?

Oui. Nous voulions nous réunir devant l’ambassade libyenne mais cela nous a été refusé. En revanche, nous pouvons le faire sur l’Helvetiaplatz. Ce sera très calme, il y aura un discours et c’est tout.

– Des associations musulmanes se sont-elles associées à votre geste?

Nous sommes en contact avec certaines mais nous ne voulons pas agir au nom d’associations, il s’agit d’une démarche citoyenne.

– Pensez-vous que certains musulmans de Suisse entendront l’appel du colonel Kadhafi?

– Non. Il est trop décrédibilisé dans le monde musulman et ses motivations sont trop clairement politiques.