Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Finances

Sous le regard attentif des autres cantons, les Vaudois votent sur leur modèle de RIE III

Le mix concocté par le gouvernement vaudois entre baisse des impôts sur les bénéfices pour les entreprises et nouvelles mesures sociales pour les citoyens intéresse de près les autres cantons, en concurrence fiscale avec Lausanne. Résultats du vote en début d'après-midi

Les Vaudois se prononcent sur une réforme cruciale et controversée
Comment seront imposées les entreprises durant les prochaines années? Les Vaudois se prononcent dimanche sur cet enjeu crucial. Un compromis leur est proposé avec une baisse du taux accompagnée de contreparties sociales. L'extrême gauche et un syndicat s'y opposent.

Lire: Impôt sur les bénéfices: le modèle vaudois à l’épreuve 
des urnes

La Suisse n'avait plus le choix. L'Union européenne (UE) et l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n'acceptaient plus les statuts spéciaux octroyés à de grandes sociétés étrangères. Un traitement identique était exigé pour toutes les entreprises.

Face à ces pressions, la Suisse s'est alignée et les Chambres fédérales discutent actuellement des contours de la réforme. Le canton de Vaud a choisi de devancer la fin des discussions et de proposer sa propre solution pour faire passer le changement.

Fruit d'un compromis droite-gauche, la réforme de l'imposition des entreprises (RIE III) passe par la fixation dès 2019 d'un taux unique à 13,79% sur les bénéfices contre 21,65% aujourd'hui, multinationales comme PME, suisses ou pas. De nouveaux instruments de déductions fiscales sont élaborés en parallèle à Berne, sur la recherche et le développement ou sur les licences, par exemple.

Pour faire accepter les sacrifices, le gouvernement vaudois et ses deux poids lourds, Pierre-Yves Maillard (PS) et Pascal Broulis (PLR), ont concocté un éventail de mesures sociales. Destinées en majorité à la classe moyenne, elles vont notamment de la hausse des allocations familiales à un seuil de 10% maximum de son revenu à payer pour les primes maladies.

Une guerre des chiffres oppose partisans et adversaires. Pour le Conseil d'Etat, la perte fiscale s'élèvera à 280 millions de francs et sera gérable. Pour les référendaires, le montant atteindra 520 millions de francs et videra les caisses publiques. Le vote est suivi de près par les autres cantons. Une nouvelle concurrence est en train de se profiler.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a