Que va faire désormais Doris Leuthard? La conseillère fédérale est en déplacement à New York en ce début de semaine. Elle participe à la première réunion du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique, mis en place l’été dernier par le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Elle n’était donc pas à Berne mardi, lorsque Johann Schneider-Ammann a donné connaissance de sa décision de quitter le gouvernement à la fin de l’année. En raison d’une indiscrétion, il a anticipé cette information, qu’il avait prévu de livrer lors de la séance du Conseil fédéral vendredi.

Doris Leuthard revient en Suisse ce mercredi. Dès son retour, elle sera assaillie de questions afin qu’elle fasse part de ses intentions. Nombreux sont ceux qui pensent qu’elle va, elle aussi, s’en aller à la fin de l’année.

Une annonce déjà mercredi?

Elle-même entretient un certain suspense. Elle a dit qu’elle ne solliciterait en aucun cas un nouveau mandat en décembre 2019. Mais elle n’a affirmé à aucun moment qu’elle accomplirait la présente législature jusqu’à son terme. Et elle n’a pas davantage annoncé qu’elle partirait cette année. A Berne, on se prépare néanmoins à une annonce dans la journée de jeudi, en marge des débats auxquels elle doit participer au Conseil des Etats le matin puis au Conseil national. Mais comme les choses se sont précipitées, une communication dans la journée de mercredi n’est pas non plus à exclure.

Lire aussi: Johann Schneider-Ammann s’en va pour devenir... charpentier

Un départ conjoint des deux conseillers fédéraux ouvrirait le jeu pour les deux partis concernés, le PDC et le PLR. Il ouvrirait le jeu surtout pour la représentation des genres. Il n’y a actuellement que deux femmes au gouvernement et l’une d’elles devrait précisément être remplacée en fin d’année. Il ouvrirait aussi le jeu pour la représentation des régions. Il s’agit de deux sièges alémaniques, mais aussi bien la Suisse orientale que la Suisse centrale regrettent que les quatre conseillers fédéraux germanophones viennent tous de la même région. Il s’agit de deux Bernois (Simonetta Sommaruga et Johann Schneider-Ammann), d’un Zurichois (Ueli Maurer) et d’une Argovienne (Doris Leuthard).