Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Après une campagne particulièrement virulente, la population s’est massivement rangée du côté du Conseil fédéral.
© ANTHONY ANEX / Keystone

Votations fédérales

Le régulateur étatique l’emporte

La population helvétique a largement désavoué les référendaires contre la loi sur les jeux d’argent. Confrontés à une campagne particulièrement alarmiste, les Suisses ont jugé plus sage de suivre la position gouvernementale

Moins de financement pour le sport, pour la culture ou encore pour l’AVS: les mises en garde alarmistes du Comité pour une loi sur les jeux d’argent en cas de victoire du référendum ont porté leurs fruits. Après une campagne particulièrement virulente, la population s’est massivement rangée du côté du Conseil fédéral, des gouvernements cantonaux, des casinos et de la Loterie Romande, tous favorables au projet de mise en œuvre soumis aux Suisses ce dimanche.

Campagne du comité référendaire compromise

Le comité référendaire leur a facilité la tâche en se tirant une balle dans le pied dès l’étape de récolte des signatures. En faisant appel aux ressources financières de sites de jeu étrangers, qui espéraient ainsi pouvoir continuer d’exercer en Suisse sans devoir contribuer au bien commun, ils ont compromis toute leur campagne.

Outre cette gaffe originelle, l’argument principal des opposants à la nouvelle loi – la mise en garde contre une censure du web – n’a pas non plus convaincu. La population est demeurée fidèle à l’avis du Conseil fédéral, qui consolide ainsi son rôle de régulateur dans le domaine du jeu. Alors que toutes les jeunesses partisanes s’opposaient au texte, la participation rachitique (33,7%) laisse par ailleurs deviner que la mobilisation des générations X et Y n’a probablement pas été suffisante pour inverser la donne.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a