Et maintenant? Cette unique interrogation fleurit autant sur les lèvres des partisans du projet Nouvel que sur celles des opposants. En chœur, chacun des protagonistes appelle un nouveau projet de ses vœux, à la seule différence que les perdants doutent que la facture de la cure de jouvence ne soit assumée pour moitié par l’apport de fonds privés. «La question d’une rénovation ne fait aucun doute, mais elle va nous coûter très cher, parce qu’à charge seule de la collectivité», prophétise le MCG Jean-Philippe Haas. Le signal politique sorti des urnes serait-il de nature à refroidir d’éventuels futurs mécènes? Tobias Schnebli (Ensemble à Gauche) croit, au contraire, que la place importante que la Ville a donnée à l’homme d’affaires et collectionneur Jean Claude Gandur a pu effrayer certains généreux donateurs.

L’avenir incertain du Musée d’art et d’histoire – plus de projet et plus d’argent – est aussi présent dans l’esprit de Sami Kanaan. Le magistrat municipal chargé de la Culture prévient d’ores et déjà que la fermeture du bâtiment principal du musée est envisagée et qu’il sera nécessaire, au vu de l’état des finances de la Ville, de retrouver la confiance des mécènes. Avant de déposer tout crédit d’étude, le Conseil administratif présentera «une feuille de route avant l’été». Et il n’est pas question aux yeux de l’exécutif de se contenter d’une simple rénovation, considérée comme la «pire» solution. «Cela voudrait dire que l’on conserve ce musée dans son état de 1910», prévient Sami Kanaan. Quant à son collègue des Constructions, Rémy Pagani promet l’ouverture d’un «concours international» où ce sont les missions du musée qui définiront l’architecture.

Réunir ses adversaires autour de la table? L’exécutif municipal le souhaite autant que les associations de défense du patrimoine qui ont combattu le projet Nouvel. Y arriveront-ils? Rien n’est moins sûr. Ce dimanche, seulement quelques heures après les résultats, les deux camps font déjà état de divergence sur la nécessité d’un agrandissement de l’édifice de 1910.

Lire également : MAH: chronique d’un pataquès