La quantité de poissons pêchée est en baisse dans le Léman, a indiqué la Commission internationale de la pêche dans le Léman mercredi, dans un communiqué émis par la Préfecture de Haute-Savoie. Les 847 tonnes pêchées cette année sont à comparer aux 1 047 tonnes de 2016 et aux 1 145 tonnes de 2015.

La pêche professionnelle représente la plus grande partie des captures avec 90,4% du total, soit 766 tonnes de poisson pêché. Les pêcheurs professionnels sont au nombre de 138, soit une baisse par rapport à 2015, où ils étaient 149. La pêche de loisir reste bien présente avec 7 000 permis annuels de pêche délivrés et 12 000 permis journaliers.

Lire aussi:  Avec la sécheresse, les rivières trinquent

Millions d'alevins relâchés

Le rendement de la pêche dans le Léman reste principalement composé de la corégone, ou féra (476 tonnes) et de la perche (239 tonnes). Celle-ci semble faire son grand retour avec une augmentation pour la deuxième année consécutive, soit de 24,5% par rapport à 2016 (192 tonnes). La féra accuse par contre une diminution de 35,3% par rapport aux 736 tonnes péchées en 2016.

Les autres espèces les plus pêchées sont le brochet (47,1 tonnes), l'omble-chevalier (21,8 tonnes) et la truite (8,6 tonnes). L'écrevisse signal affiche aussi une hausse des captures avec 16,3 tonnes, soit 25,3 % de plus qu'en 2016.

La Commission indique avoir activé un suivi scientifique. Une série de mesures visant à préserver les géniteurs de corégones et réduire l'effort de pêche sur cette espèce en début d'année seront aménagées par chaque Etat. Plusieurs millions d'alevins issus de piscicultures lémaniques ont déjà été déversés en 2017 et 2018.