Votation

Rendre l’arme?

Les militaires pourront garder leur fusil d’assaut dans le placard. Le peuple a clairement refusé à 56,3%, le 13 février, l’initiative «Pour la protection face à la violence des armes», visant à rendre obligatoire l’entreposage des armes d’ordonnance à l’arsenal, et interdire la conservation des fusils d’assaut après la fin de l’obligation militaire. Seuls six cantons y ont donné leur feu vert. Très émotionnelle, la campagne a mobilisé la population plus que la moyenne. La participation s’est inscrite à quelque 49,2%.

Les résultats de la votation

>>Le choix des armes (14.02.2011)La défaite des partisans de l’initiative est très nette, mais ceux-ci continueront à exiger des mesures plus restrictives contre les armes Editorial. Maintenir la tradition >>Simonetta Sommaruga: «Rendez vos armes!» La ministre appelle à de nouvelles mesures pour freiner le taux de suicides et d’homicides >>«Un vrai soldat, c’est un soldat armé» La joie de Hermann Suter, vice-président de ProTell, principal lobby des armes >>«300 000 francs contre 3 millions» Rescapé de la tuerie de Zoug de 2001, le conseiller national Josef Lang (Verts/ZG) a été l’un des plus fervents défenseurs de l’initiative Infographie. Les résultats de la votation sur les armesLes termes de l’initiative fédérale populaire Les initiants veulent en finir avec la tradition du fusil d’assaut dans le placard. Ils revendiquent aussi la création d’un registre national et prônent l’interdiction de la détention d’armes à feu automatiques et de fusils à pompe à titre privé ainsi qu’une définition plus stricte du permis de port d’arme. (Le texte de l’initiative). En outre est prévu que «quiconque entend acquérir, posséder, porter, utiliser ou remettre une arme à feu ou des munitions doit justifier d’un besoin et disposer des capacités nécessaires». Les arguments émotionnels s’inviteront inévitablement dans la campagne. Déposée en 2009, l’initiative elle-même découle de faits divers impliquant des fusils de l’armée. Le Conseil fédéral, qui a procédé à l’examen de l’initiative, la rejette sans contre-projet.«Je déplore chaque utilisation abusive d’arme et chaque accident survenu avec une arme. Je connais ce genre de situations de par mon travail dans un foyer d’accueil pour femmes victimes de violences dans les années 80. Je vais tout mettre en œuvre pour que la législation sur les armes continue à être renforcée et pour que la lutte contre leur usage abusif s’intensifie», a tenté d’expliquer la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. «Mais depuis le lancement de l’initiative, beaucoup de progrès a déjà été fait.» La législation sur les armes et le droit militaire ont été renforcés: depuis 2008, les membres de l’armée ne peuvent par exemple plus garder de munitions à domicile et les armes peuvent être déposées sur une base volontaire à l’arsenal depuis le début de l’année. Six cent vingt-cinq l’ont été depuis janvier; parfois sous l’impulsion des femmes.
Janvier 1938. Un jeune homme est instruit au tir par un officier suisse avec un mousqueton 31, l’ancêtre du Fass 57 et du Fass 90. (Getty Images) >> Le sort de l’initiative sur les armes plus que jamais incertain (03.02.2011)Le deuxième et dernier sondage publié par la SSR montre un resserrement entre le oui et le non >> Armes à feu, meurtres et suicides: ce que montrent les recherches (28.01.2011)L’existence d’un lien entre la législation sur les armes et le taux d’homicides et de suicides par balle n’est guère contestée parmi les chercheurs. Mais quel lien? >> Des Suisses et des armes (25.01.2011)Le peuple dira le 13 février si les soldats pourront garder leur arme à la maison. Retour sur une tradition moins ancienne qu’on ne le pense > >Des millions d’armes et tant de questions (21.01.2011)Combien y en a-t-il en Suisse? Quel genre de permis faut-il avoir pour en acquérir? Qui n’a pas le droit d’en posséder? Le tour du dossier en quelques questions >>La bataille autour des armes est lancée (07.12.2010)La conseillère fédérale socialiste Simonetta Sommaruga a lancé la campagne du Conseil fédéral contre l’initiative défendue par son parti. ■ Les forces en jeu
Les initiants L’initiative est notamment soutenue par le PS, les Verts, plusieurs partis de jeunes, les syndicats, le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA), des organisations pour la paix ou féminines, les Eglises et des associations de prévention du suicide. Ses partisans devront faire face, outre au rejet recommandé par le Conseil fédéral, le PDC, le PLR et l’UDC, au puissant lobby des armes. >> «Violence des armes»: l’initiative séduit les policiers (09.02.2011)En première ligne face au danger, les forces de l’ordre avouent, en privé, un certain penchant pour le texte >> «L’Etat n’a pas à fournir une arme à tous les jeunes citoyens» (01.02.2011) Johanna Gapany, présidente des Jeunes libéraux-radicaux fribourgeois. A la différence d’une majorité de la droite, elle milite pour l’initiative «Pour la protection face à la violence des armes» >> Martin Killias, l’homme qui veut désarmer les Suisses (17.01.2011)Le plus célèbre professeur de droit pénal de Suisse plaide depuis des années pour le retour du fusil à l’arsenal >> Les tireurs suisses sur la défensive (15.01.2011)L’initiative sur les armes provoque une grosse inquiétude dans les stands de tir, dont le nombre et la fréquentation ont déjà bien baissé. >> «Le forcené de Zoug avait le même genre d’antécédents que celui qui a tué en Arizona»(11.01.2011)Josef Lang, conseiller national (Verts/ZG), revient sur le drame américain et la tuerie de Zoug de 2001, dont il a échappé de justesse. >> Les femmes pourraient faire la différence (04.01.2011)Judith Giovannelli-Blocher, sœur de l’ancien conseiller fédéral, fait partie de celles qui militent en faveur de l’initiative. >> Une arme dans un foyer sur trois (14.12.2010)Les armes à feu sont impliquées dans un quart des suicides en Suisse, rappelle une coalition d’organisations qui milite pour un registre central et pour le dépôt des armes militaires à l’arsenal.
Les opposants De son côté, le comité interpartis contre l’initiative a dénoncé un texte qui «anéantit la sécurité dans notre pays, encourage la bureaucratie, engendre des coûts se chiffrant par millions à la charge des contribuables et ne lutte pas contre les causes réelles de la violence domestique et des suicides». >> Adolf Hitler s’invite dans la campagne (01.02.2011) >>Problème des armes illégales non résolu. Réaction des opposants (11.01.2011)Des opposants à l’initiative réagissent à la tuerie de l’Arizona. >> Contre l’initiative sur les armes, un appel aux «valeurs suisses» (05.01.2011)Un comité interpartis, composé de représentants de l’UDC, du PLR, du PDC et du PBD, démonte les arguments des initiants. >> Les pro-armes sortent leurs munitions (04.01.2011)Une affiche qui émane d’un comité dirigé par le conseiller national UDC Ulrich Schlüer pointe du doigt les étrangers criminels. L’UDC en prépare d’autres. Sur Internet, les organisations de défense des détenteurs d’armes se montrent très actives. ■ Opinions >> Quelle est la place des armes à feu en Suisse? De nombreux lecteurs du «Temps» ont pris la plume pour débattre de l’initiative «pour la protection de la violence des armes» soumise au vote le 13 février. Le suicide, la violence domestique, l’avenir de l’armée de milice et la tradition sont au cœur de leurs arguments. En voici une sélection >> Initiative fallacieuse, par Marie-Hélène Miauton >> L’initiative sur les armes cherche à déresponsabiliser les citoyens, par Martine Brunschwig Graf >> Armes à domicile: la Suisse devrait suivre l’exemple de la Finlande, par Jacques Neirynck >> Duel d’experts sur la dangerosité des armes (26.01.2011)En exclusivité pour Le Temps, Martin Killias et Dimitry Queloz livrent leurs analyses – divergentes – du risque que font courir les armes à feu à la maison >> L’initiative sur les armes est une dangereuse illusion, par Jan Krepelka, directeur de l’Institut Laissez-faire ■ Etudes, chiffres, liens >> En images. Les affiches de la campagne commentées >> Sondage. L’initiative sur les armes en bonne position (10.01.2011) >> Moins de suicides par armes à feu depuis que l’armée est plus petite (06.01.2011) >> Infographie. Proportion de suicides par armes à feu chez les hommes >> Questions et réponses à propos de l’initiative (Site de la Confédération suisse) >> Les arguments du Oui à l’initiative
Publicité