La population de la Tour-de-Peilz a refusé à 58% dimanche l’octroi d’un crédit de dix millions de francs pour la rénovation de son château et l’aménagement d’un restaurant dans l’ancien donjon. La participation a atteint 61,68%.

Au décompte final, 2908 non ont été glissés dans l’urne pour 2134 oui et 227 bulletins blancs. La Municipalité prend acte de cette décision. Elle se donnera le temps de la réflexion avant de revenir avec un projet correspondant davantage aux attentes des Boélands, écrit-elle dans un communiqué.

La syndique Sandra Glardon se dit satisfaite de la participation. «Un grand nombre de citoyens se sont mobilisés derrière ce sujet qui n’a pas trouvé preneur. Il est clair que nous allons remettre l’ouvrage sur le métier, le Château ayant besoin de rénovations», a-t-elle déclaré à Keystone-ATS, rappelant que des échafaudages empêchaient les pierres de tomber.

Tensions autour du donjon

La nécessité d’effectuer les travaux pour l’entretien et la rénovation avait en effet été reconnue par les opposants comme les partisans du projet. Les opposants issus de tous bords politiques dénonçaient essentiellement la création d’un restaurant sur les vestiges d’un donjon, son impact sur le patrimoine et sur les finances communales.

Pour la Municipalité, propriétaire des lieux, les travaux proposés devaient garantir la pérennité du monument et de ses bâtiments qui ont subi l’outrage du temps. Ils devaient aussi accompagner la modernisation et le redéploiement du locataire des lieux, le Musée suisse du jeu.

Le législatif qui avait opté pour un référendum facultatif avait également approuvé à mi-septembre un crédit de construction de dix millions, dont deux ont déjà été dépensés en études et en fouilles. Fin octobre, un permis de construire avait été délivré.