Les riverains de l'aéroport de Kloten pourront dormir sur leurs deux oreilles une demi-heure de plus. La Confédération l'a décidé, comme elle a décidé d'une série de mesures destinées principalement à rendre possible un accord avec l'Allemagne. En renouvelant la concession de l'aéroport, privatisé depuis 1999 et dont le sort est suspendu aux négociations entre les gouvernements suisse et allemand, Moritz Leuenberger a imposé quelques règles provisoires. Dès le 1er juin, les charters n'auront plus le droit de décoller après 22 h, et les atterrissages et décollages ne reprendront qu'à partir de 5 h 30 du matin, au lieu de 5 h. En outre, l'aéroport devra mesurer son taux de pollution et faire en sorte de limiter, par tous les moyens possibles, sa production de monoxyde de carbone.