Qu’est-ce qu’elle rigole, Arina. Elle a cet air fier qu’ont les ados quand ils font rire les adultes, son sourire laiteux de jeune fille de 14 ans et ses yeux qui pétillent. Sur la nappe en tissu, il y a du thé et des douceurs, la lumière qui traverse les fenêtres fait comme une caresse, on se croirait dans Soleil trompeur, de Mikhalkov, avec les meubles anciens de la Maison du Lieutenant Baillival en guise de décor. Autrefois, les représentants du bailli de Berne résidaient en cette demeure emblématique du bourg médiéval de Romainmôtier.