Vaud s’envole vers son destin métropolitain. Les trains régionaux vont parcourir le canton à des rythmes de plus en plus serrés. Le rail s’affirme en véritable alternative à la route dans les banlieues de l’agglomération lausannoise.

Après les rives du lac Léman, le RER va maintenant conquérir l’arrière-pays. La Broye, la Vallée de Joux, notamment, vont être désenclavées. Dans quelques années, le voyage hasardeux, lent, hoquetant en direction du Brassus ou d’Avenches va se transformer en une course régulière, rapide et sans attente. Le réseau, mot magique, va s’étoffer jusqu’à concrétiser l’image d’une multitude de faisceaux avec Lausanne en nœud ferroviaire.

François Marthaler était fier, vendredi, de léguer aux Vaudois cette extension du réseau express régional. Sur le départ, après huit ans passés au Conseil d’Etat, le Vert boucle ses dossiers. Le RER en fait partie. Et plus particulièrement la desserte renforcée des régions périphériques, qui se sentaient parfois négligées, à l’ombre de l’Arc lémanique.

A partir de 2015, les rames blanches rouges et noires vont s’étirer jusqu’à Grandson. Deux ans plus tard, la flotte de«Flirt» et de «Domino» va relier sans changement la Vallée de Joux à Villeneuve. Tout comme les convois relieront Lausanne à Morat via Payerne d’un seul tenant. Ceci est possible grâce à l’intégration depuis décembre 2010 de la ligne Payerne–Morat au RER Vaud. Finalement, en 2018, les trains circuleront de Cully à Cossonay quatre fois par heure. L’inauguration de la halte de Prilly-Malley à la fin du mois de juin marquera concrètement et symboliquement le début de l’ère nouvelle.

Pour réaliser ce programme, il faudra construire, entre autres, un nouveau quai à Grandson, moderniser la gare de Moudon, doubler la voie entre Moudon et Lucens, ainsi que des gares ou des voies de rebroussement au Day, à La Sarraz et à Cully. Le tout coûtera 166 millions de francs, financés par la Confédération et le canton de Vaud. Une demande de crédit sera soumise au Grand Conseil en automne 2012. Quant aux CFF, ils devront compléter le parc avec de nouvelles rames.

Plus tard, vers 2025, au pire 2035, une troisième voie CFF filera de Renens à Allaman, histoire d’assurer des cadences à la demi-heure sur ce tronçon. Pour l’heure, Vaud et Genève vont exploiter au maximum la troisième voie existante entre Coppet et Geneve. En effet, la semaine prochaine, les deux cantons annonceront l’introduction de quatre liaisons par heure sur ce bout de ligne.