Les tornades, les fortes précipitations, les températures extrêmes ou la neige, notamment, représentent des risques d’une importance particulière pour les centrales nucléaires. Et il en va de même pour les événements naturels tels que les inondations et les séismes, estime l’Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN).

«Les centrales nucléaires doivent donc démontrer jusqu’à la fin de 2013 qu’elles sont suffisamment protégées contre des incidents dus à des conditions météorologiques extrêmes», indique ce vendredi l’IFSN sur son site internet.

«En raison de l’importance des travaux, une année supplémentaire au délai fixé dans le plan d’action Fukushima 2012 a été accordée aux exploitants, poursuit l’IFSN. Les exploitants doivent présenter jusqu’à la fin de l’année un concept pour l’exécution de la démonstration.»