Les cabaretiers préparent la riposte. «Nous allons réunir un comité de crise lundi après-midi à Neuchâtel pour définir une stratégie», annonce Michel Kolly, président de l'Association romande des cabarets. La marge de manœuvre est limitée: à part un référendum lancé à Neuchâtel pour attaquer l'arrêté pris lundi par le Conseil général, on ne voit trop comment les cabarets pourraient échapper au couperet.

Michel Kolly ne veut pas faire de déclarations tonitruantes avant qu'une décision soit prise. Mais il confie avoir rencontré Violaine Barrelet, la responsable du dicastère de la police, pour lui proposer, fin décembre, de renvoyer cet objet de l'ordre du jour. Sans succès.