L'imagination des trafiquants n'a pas de limite. Au Paléo Festival de Nyon, certains ont tenté de faire croire à l'émergence et aux vertus d'un nouveau produit stupéfiant. Un trafic de nivaquine, un médicament contre la malaria, a ainsi été constaté. Il s'agit toutefois d'une escroquerie. Les pastilles sont utilisées pour prévenir les crises de fièvre et lutter contre, mais la nivaquine n'a aucun effet psychotrope. Cette tromperie est déjà apparue dans des raves alémaniques. La tendance est aux drogues de synthèse et le LSD fait un retour: 2000 «trips» sous forme de décalcomanies ou de buvards, ainsi que 780 ecstasys et deux kilos de cannabis ont été saisis, selon le bilan de la police.

Trente trafiquants, pour la plupart français, ont été interpellés. Quant aux consommateurs, 194 ont été dénoncés, dont 66% de mineurs. Pour la première fois, les agents ont été confrontés au camping à une bande organisée. Une quinzaine de jeunes, venus de Bourges, non loin de Paris, avaient «ciblé» le festival pour faire de «juteuses affaires». En tout, 70 plaintes pour vols ont été déposées. Il y a aussi eu quelques petites agressions, dont une a nécessité une hospitalisation.