Quelque 1500 personnes, dont beaucoup de femmes, se sont rassemblées aujourd’hui à Lausanne pour dire leur colère après le relèvement à 65 ans de l’âge de la retraite des femmes. Elles ont appelé à la mobilisation en vue de la prochaine grève féministe qui se tiendra le 14 juin 2023.

«Les femmes sont fières, vénères et pas prêtes de se taire», scandaient les participants, sous une fine pluie. Pour réchauffer l’atmosphère, quelques femmes ont entonné au micro, sur des airs connus, «On descend dans la rue, c’est la grève féministe. Sans nous, le monde s’arrête, c’est la grève féministe».

Lire aussi: AVS 21 gagne d’un cheveu, les femmes travailleront un an de plus

Huées pour Berset

Les manifestants répondaient ainsi à l’appel des collectifs romands de la Grève féministe. Dimanche dernier, tous les cantons romands ont voté contre la réforme fédérale. «Nous sommes passés juste à côté d’une victoire. En Suisse romande, nous avons gagné», a relevé Michela Bovolenta, secrétaire centrale au Syndicat des services publics (SSP). Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset, qui a porté la réforme, a essuyé quelques huées. «Il devrait avoir honte, honte d’entrer dans l’histoire en imposant un grave recul social. C’est une gifle, une violence envers nous toutes», a affirmé Michela Bovolenta.

L’égalité salariale et des retraites «dignes» étaient au coeur des revendications. L’objectif est désormais de faire de cette «rage» une force pour préparer la prochaine grève féministe du 14 juin 2023. La dernière grande grève, celle de juin 2019, avait attiré plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues de Suisse, quelque 500 000 selon les chiffres des syndicats. «Il faut continuer à se battre, à lever le poing», a lancé une oratrice.

Lire aussi: AVS 21: Romands et Alémaniques n’accordent pas la même place à l’égalité et à l’Etat