Berne, 24 septembre 2017. Le verdict tombe en ce dimanche d’automne: Prévoyance vieillesse 2020 (PV) est refusée par 52,7% des votants. C’est plus que l’échec d’une réforme: c’est l’échec d’une stratégie lancée dans les années 2000. Depuis la dixième révision de l’AVS à la fin des années 90, plus aucune réforme en profondeur des retraites n’a réussi. Il y a bien eu des adaptations partielles de l’AVS ainsi qu’une révision de la loi sur la prévoyance professionnelle (LPP), mais pas davantage.

La onzième révision de l’AVS a été refusée en 2004. Une nouvelle tentative portant le même matricule 11 a échoué en 2010. Une première tentative d’abaisser le taux de conversion du 2e pilier a coulé à pic en votation populaire cette même année. C’est dans la foulée de cette série d’insuccès qu’a germé l’idée de lier la modernisation des 1er et 2e piliers dans un grand projet de politique sociale nommé PV 2020. Mais cela n’a pas fonctionné non plus.