Le Tessin passe à la contre-attaque. Alors que selon l’Agence touristique tessinoise (ATT) près de 30% des entreprises liées à cette industrie pourraient faire faillite, son directeur, Angelo Trotta, estime que la catastrophe peut être évitée. Le canton, se concentrant sur le tourisme intérieur, fera valoir qu’il est la région méditerranéenne la plus proche et la plus accessible, en toute sécurité.

«Nous supposons, en raison de la crise liée au Covid-19, que de nombreux Suisses seront enclins à organiser leurs vacances au sein des frontières nationales. Nous partons avec une longueur d’avance par rapport aux autres cantons dans la mesure où déjà 70% de nos hôtes sont suisses.» Ce marché ne remplacera cependant pas entièrement la proportion (30%) traditionnellement occupée par les touristes étrangers. Par rapport à ceux-ci, les prévisions sont difficiles. «Si les conditions de voyage entre pays sont remplies, nous compterons sur une reprise progressive de nos deux autres plus importants marchés: l’Allemagne et l’Italie.»