Retenu depuis 19 mois en Libye, Rachid Hamdani a pu quitter lundi l’ambassade suisse à Tripoli pour Djerba en Tunisie, dont il possède également la nationalité. Dans un entretien téléphonique accordé à la Télévision Suisse Romande, l’ex-otage suisse qualifie ses premières heures de liberté de «rêve». Rachid Hamdani revient également sur ses longs mois de détention. Il évoque à ce titre deux moments «très durs»: sa détention dans les prisons libyennes lors de son arrestation en juillet 2008,et la mise en détention en octobre dans un lieu tenu secret, où il s’est trouvé «entièrement isolé».

Revenant sur le sort de son compagnon Max Göldi, condamné à quatre mois de prison, et avec qui il a toujours été «solidaire», Rachid Hamdani décrit sa douleur d’avoir dû le laisser sur place

Rachid Hamdani remercie également les Suisses et tous ceux qui lui ont adressé des messages qui l’ont aidé à tenir pendant ces longs mois, pendant lesquels sa famille et sa femme Bruna ont joué un rôle décisif.