Carnet de campagne

Le rêve de Mireille Tissot-Daguette: une Fête des vendanges sans déchets

Comme tous les habitants du canton de Neuchâtel, la candidate vert’libérale a passé son dernier week-end à festoyer dans la capitale. Amoureuse du rendez-vous annuel, elle aimerait le voir prendre un tournant environnemental

Il est un week-end de septembre sacré à Neuchâtel: celui de la fête des vendanges. Du vendredi au dimanche, la vieille ville de la capitale cantonale est fermée aux voitures et 300 000 visiteurs embrasent les rues, mangent, boivent, tirent au fusil et admirent les cortèges des sociétés locales. Les citadins sont là, les campagnards aussi: si vous êtes en campagne électorale, c’est un passage obligé.

Trois jours incontournables

Candidate vert’libérale au Conseil national et au Conseil des Etats, Mireille Tissot-Daguette y était, bien sûr. «Je ne raterais la fête pour rien au monde», sourit l’enfant du coin. La prétendante à un siège sous la coupole fédérale n’a pas fait les choses à moitié; elle était là tous les jours. Pour voir des amis, pour défiler aux côtés du char de la ville de Neuchâtel lors de la parade dominicale du «Corso fleuri» et pour discuter avec la population des thématiques chères à son parti. Le gaspillage, par exemple.

Lire aussi: Mireille Tissot-Daguette: une introvertie sur la place publique

«La fête génère énormément de déchets, regrette l’écologiste, ça fait mal au cœur. Il n’y a toujours pas de système de verres consignés comme à Festi’neuch ou au NIFFF (Neuchâtel International Fantastic Film Festival). Les organisateurs ont annoncé des changements prochains, mais pour le moment nous attendons.» Prévenante, la politicienne a pris de l’avance: «J’ai apporté mon propre verre à blanc.» Selon le quotidien ArcInfo, 100 tonnes de déchets ont été ramassées à l’issue du week-end. 

«Nous avons le vent en poupe»

A défaut de disposer d’un stand – seuls le PS et le PLR en avaient un – les Vert’libéraux ont occupé le terrain, serré des mains et distribué quelques cadeaux promotionnels particulièrement adaptés à l’occasion. «Des décapsuleurs réalisés avec une imprimante 3D», montre Mireille Tissot-Daguette. La candidate a bien entendu milité pour ses idées; toutefois, explique-t-elle, «la fête des vendanges est surtout là pour prendre un verre avec la population, échanger de manière informelle et revoir ses amis perdus de vue». Elle pense quand même avoir convaincu quelques personnes. «Du moins d’aller voter! C’est un premier pas.»

A environ deux semaines de l’échéance, la Neuchâteloise espère que les efforts de campagne paieront: «J’ai l’impression que nous avons le vent en poupe, s’encourage-t-elle. Est-ce que ça suffira pour décrocher un premier siège vert’libéral neuchâtelois? Nous verrons. Pas de regrets. Nous avons fait ce qui était possible d’être fait.» Et ce n’est pas fini, souligne-t-elle. «On continue la distribution de tracts. Dans les stands. Dans les gares. Jusqu’au 20 octobre.»

Explorez le contenu du dossier

Publicité