Ces quatre exemples, fournis par le syndicat Unia Genève, justifient selon ses partisans l’introduction d’un salaire minimum en Suisse. Trois quarts de ses bénéficiaires seraient des femmes.

JÉRÔME, 27 ans, célibataire, nationalité suisse. Avec un CFC

de vendeur, il fait un plein-temps (42 heures) comme responsable du rayon reptiles dans une animalerie. Avec trois ans d’expérience, il gagne actuellement 3350 francs brut par mois.

SOPHIE, 25 ans, célibataire, nationalité française. Esthéticienne diplômée, elle gagnait en 2009 3000 francs brut par mois, soit 2420 francs net, pour un plein-temps.

VALÉRIE, 34 ans, mariée et mère de deux enfants, nationalité suisse. Employée à 100% dans un salon de coiffure (40 heures), elle gagne 3400 francs par mois, soit un salaire net de 2756 francs.

ELISA, 45 ans, séparée, nationalité portugaise. Employée dans le nettoyage, elle touche 20,25 francs de l’heure. Elle a dû tourner en décembre dernier avec un salaire de 2835 francs brut, soit 2468,40 net.