Le Gouvernement jurassien et le ministre de l’Economie, Michel Probst en particulier, qui estimaient il y a un an que les effets de la réduction du nombre d’indemnités versées au chômeurs seraient catastrophiques, doivent revoir leur jugement. Ils tirent un bilan positif de la gestion de la révision de la loi sur l’assurance chômage (LACI), huit mois après son entrée en vigueur. Il faut souligner que la situation économique a été favorable. Les retombées sur l’aide sociale ont été d’un niveau inférieur aux estimations. Seule une minorité de chômeurs ont dû y recourir. Le Jura a surtout produit un gros effort pour prendre en charge les chômeurs en fin de droit, au travers de programmes d’occupation et de formation.