L’hiver semble enfin là. Il était attendu avec impatience après un Noël aux airs printaniers, désespérément vert, où les skis sont restés le plus souvent à la cave. Mais l’arrivée de la neige n’efface pas les inquiétudes après un début de saison catastrophique. Car, au-delà des aléas de la météo, la durée de la saison de ski ne cesse de se réduire d’année en année dans un contexte de réchauffement climatique. Sans parler des questions énergétiques, d’inflation et de sécheresse. A tel point que, selon les experts, la pratique du sport roi en Suisse semble condamnée à terme dans les stations situées à moins de 2000 mètres, ce qui pourrait avoir un impact dramatique sur le tourisme et l’économie de ces régions de montagne. Alors, faut-il sauver le ski à tout prix?

Lire aussi: Les Rasses: une station de ski qui ne veut pas mourir

Pour en débattre, La Télé et Le Temps ont réuni Mathilde Marendaz (activiste du climat et députée Ensemble à gauche au Grand Conseil vaudois), Christophe Clivaz (conseiller national vert valaisan, mais aussi professeur à l’Institut de géographie et durabilité à l’Université de Lausanne et coauteur de l’ouvrage Tourisme d’hiver. Le défi climatique), Yvan Pahud (chef de groupe UDC, municipal chargé du tourisme à Sainte-Croix et membre du comité de la société de remontées mécaniques des Rasses) et enfin Sergei Aschwanden (député PLR et directeur général de l’association Porte des Alpes).

Lire également: Adelboden, sauve ski peut

L’intégrale de l’émission