Pierre Maudet porte toujours son costume, pantalon rouge et gilet noir sur pull blanc. Il sort à peine de scène, encore électrisé par l’heure et demie de représentation. L’homme s’appuie sur un buffet en bois, hèle une serveuse pour commander une bière. «Le public était réceptif. Quand on est politicien, on sent une salle, comment elle réagit», se réjouit-il d’emblée, faisant un signe de la main à une poignée d’amis venus de Genève. Adossée à la salle de spectacle d’Ecuvillens, la pinte se remplit joyeusement des spectateurs de la première de Fribug, la revue satirique fribourgeoise pour laquelle l’ancien conseiller d’Etat a accepté de jouer la guest star. Les verres tintent. Il est un peu plus de 22h et cela fait longtemps que le brouillard a enveloppé le bâtiment.