analyse

RFFA: la fin d’un chapitre, pas davantage

OPINION. Le vote de ce dimanche calme le front de la réforme fiscale. Mais l’imposition des entreprises, de même que l’avenir des retraites, restera l’objet de vifs débats

L’acceptation de la réforme fiscale des entreprises et financement de l’AVS (RFFA) s’explique par une double motivation. Une majorité du peuple veut en finir avec le dossier des régimes fiscaux spéciaux dont bénéficient les grandes sociétés implantées en Suisse. Le corps électoral avait dit non à la troisième Réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) parce qu’il l’avait jugée déséquilibrée. Une partie avait considéré qu’il fallait la rééquilibrer par une compensation sociale, comme Vaud l’avait fait sur le plan cantonal. Une autre avait jugé trop lourdes les pertes fiscales pour les collectivités publiques.

L’actualité de ce dimanche: Le paquet fiscalité-AVS va faire un triomphe, mais il sera attaqué