Fiscalité 

RIE III vaudoise vue depuis Genève: «Vaud joue sa carte en solo»

Dès 2019, le taux d'imposition des entreprises baissera en terres vaudoises. Genève doit-elle s'en préoccuper? Directeur général de la Fédération des entreprises romandes, Blaise Matthey exprime son point de vue

Le Conseil d’Etat vaudois l'a annoncé mercredi, sa réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) entrera en vigueur dès janvier 2019. A cette date, le taux d’imposition dans le canton s'abaissera de 20,95 à 13,79% pour toutes les entreprises ne disposant pas d'un statut spécial. Avec un taux de 24,2%, Genève accusera alors un différentiel d'imposition de 10 points sur Lausanne. Quels impacts possibles sur l'économie du bout du lac? Directeur de la Fédération romande des entreprises, association patronale faîtière de Suisse romande sise à Genève, Blaise Matthey répond à nos questions:

Le Temps: La baisse du taux d'imposition des entreprises dans le canton de Vaud aura-t-elle un impact sur l'économie genevoise?

Blaise Matthey: La différence se fera sentir pendant une année, car la réforme genevoise devrait être mise en œuvre au premier janvier 2020. Pour cela, il faut évidemment encore qu’elle soit adoptée par le Grand Conseil, puis avalisée par le peuple. La décision vaudoise, qui tranche avec la stratégie commune mise en place par les deux cantons ces derniers mois, contribuera à mettre la pression sur Genève pour ne pas rater sa réforme. C’est désagréable sur la forme, mais pas forcément négatif sur le fond.

Lire également: Dans le canton de Vaud, la réforme RIE III entrera en vigueur en 2019

Peut-on envisager que certaines entreprises domiciliées à Genève déplacent leur siège social sur Vaud pour profiter du taux d'imposition préférentiel? 

Tout est ouvert. Il est impossible de faire des prédictions, comme il est impossible de dire dans quelle proportion les entreprises quitteront notre canton si le taux futur est trop éloigné de l'actuel. La question est de savoir dans quelle mesure les entreprises seront disposées à rester en supportant ce différentiel, ou à partir pendant une année, avec tout ce que cela implique en terme de frais logistiques et de ressources humaines.

Saviez-vous que le canton de Vaud allait aller de l'avant avec sa RIE III comme il l'a fait?

Non, nous ne savions pas. Nous ne pouvons toutefois pas affirmer que cette décision constitue une surprise, dans la mesure où Vaud avait déjà pris les devants en faisant voter la réforme cantonale et que celle-ci avait été plébiscitée par le peuple. Le canton de Vaud joue sa carte, en solo. 

Lire aussi: RIE III: Vaud fait cavalier seul

Publicité