Rien de rien. Les jeunes agresseurs de Saint-Jean, qui s’en étaient pris à coups de pied et de batte de baseball à deux trentenaires croisés par hasard, ont échoué sur tous les points de leur appel. La cour confirme intégralement le jugement initial ainsi que les peines privatives de liberté de 15 et 12 ans. «Ces peines sont pleinement justifiées», a souligné la présidente Catherine Gavin, tout en relevant que les victimes avaient été laissées pour mortes et que les lésions causées étaient assimilables «à une destruction de la vie».

Lire aussi: Le double crime de Saint-Jean jugé trop sévèrement?