Enquête

Du rififi chez les conseillers municipaux genevois

Simon Brandt, Daniel Sormanni et Jacques Pagan ont été convoqués par la police et leurs téléphones saisis. La fuite du rapport du Contrôle financier sur les frais professionnels du personnel de la ville motive cette enquête pour violation du secret de fonction

Des conseillers municipaux de la ville de Genève convoqués par la brigade des délits contre les personnes, leurs téléphones portables saisis, une perquisition menée au domicile d’un parent pour retrouver un ancien appareil et une interdiction de s’exprimer sur l’affaire. C’est l’expérience inattendue vécue jeudi dernier par les élus Simon Brandt (PLR), Daniel Sormanni (MCG) et Jacques Pagan (UDC). Tous trois ont été entendus comme personnes appelées à donner des renseignements dans une affaire de violation du secret de fonction.

Un contexte délétère

Plainte avait été déposée début décembre par le Conseil administratif – appuyé d’ailleurs par le président du Conseil municipal – suite à la fuite d’un rapport du Contrôle financier (autre que celui de la Cour des comptes qui a valu moult ennuis aux magistrats de la ville). Le rapport, qui porte sur les frais professionnels du personnel, était considéré comme confidentiel.