Genève

Le risque d’un refus genevois de RFFA

Si le projet fiscal échoue dans les urnes, il faudra renégocier dans l’urgence, afin d’empêcher le départ des entreprises. Ce n’est pas gagné, dans un canton qui peine à réaliser des compromis

Le conseiller fédéral Alain Berset avait sans doute rêvé comité d’accueil plus avenant. Invité par la Fédération des entreprises romandes (FER) mardi soir pour parler réforme de l’imposition des entreprises (RFFA), il a d’abord dû affronter un rassemblement de SolidaritéS et Ensemble à gauche, venu dénoncer «les cadeaux formidables aux gros actionnaires» portés par un ministre considéré par eux comme le parangon de la gauche caviar.

Rien d’anormal pour un sujet de la plus haute importance. A Genève, les partis s’agitent. PS, Verts et UDC appellent à refuser le projet, les premiers craignant pour les finances publiques. PLR, PDC et MCG appellent au oui pour éviter la fuite des entreprises en cas de refus. Brave, la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet a fait le tour des communes pour convaincre.