Né en 1954, Robert Cramer est le benjamin du Conseil d'Etat. Comme c'était le premier écologiste dans la place, lors de son élection en 1997, il a donné la priorité à l'environnement dès qu'il a repris de Claude Haegi le Département de l'intérieur, de l'agriculture, de l'environnement et de l'énergie.

Cet ancien avocat, issu de la mouvance antinucléaire, mais très attaché à la réforme de l'Etat et à l'équilibre des finances, est devenu, à la tête d'un portefeuille relativement peu exposé et non spectaculaire, un homme politique misant sur la concertation et avançant avec finesse. On l'attendait beaucoup, il n'a pas vraiment explosé. Mais il a pour grand titre de gloire d'avoir converti au recyclage un canton qui était le champion de la poubellisation à tout va: succédant au laisser-faire des communes, le plan de gestion des déchets est désormais appliqué. Robert Cramer veut aussi sauver les cours d'eau genevois. Il passe pour un politicien malin, qui pourrait souhaiter un département plus consistant. Y. R.