Les autorités genevoises et valaisannes devront s'habituer à négocier avec un nouvel interlocuteur français. Lundi à l'Elysée, le Conseil des ministres a nommé Rémi Caron au poste de préfet de la Haute-Savoie. Actuellement secrétaire général de la plus importante préfecture de France, celle de Paris, ce polytechnicien de 55 ans devient le plus haut représentant de l'Etat français du département frontalier. Il remplace Jean-François Carenco, qui ira dès la fin de l'année à Paris diriger le cabinet de Jean-Louis Borloo, ministre de l'Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale.

Nommé pour le G8

Jean-François Carenco ne sera même pas resté deux ans et demi en Haute-Savoie. Réputé pour sa fermeté, il avait été désigné en août 2002 à la préfecture d'Annecy pour organiser le sommet du G8 à Evian. A l'issue de la rencontre internationale de juin 2003, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy l'avaient félicité pour avoir assuré la sécurité des chefs d'Etat. Depuis, il nourrissait l'espoir d'être promu à un poste où il pourrait mettre en pratique ses qualités de négociateur et de meneur d'hommes au service de l'Etat. C'est chose faite pour lui qui devient le chef de cabinet d'un des ministres les plus en vue du président français.

En Haute-Savoie, Jean-François Carenco aura favorisé la construction de logements sociaux. Il n'aura pas hésité à casser les décisions des élus qui morcelaient leurs communes en distribuant des permis de construire. Intransigeant, l'ancien préfet laissera le souvenir de s'être opposé à la création d'une nouvelle ligne de bus transfrontalière vers Genève, une semaine seulement avant sa mise en service. Cela parce qu'elle empruntait un poste de douane non surveillé. Profitant de la synergie née du G8, Jean-François Carenco aura renforcé la coopération avec la police genevoise, notamment pour la lutte contre les filières d'immigration clandestine.

L'expérience des montagnes

A chaque départ d'un préfet, les Haut-Savoyards craignent que son remplaçant ne possède pas d'expériences liées à la montagne et aux relations transfrontalières. Le curriculum vitae du nouveau préfet devrait les rassurer. Diplômé de l'Ecole nationale des sciences géographiques, Rémi Caron a été, de 1999 à 2002, préfet des Hautes-Alpes, un département alpin frontalier avec l'Italie. En plus, ce père de cinq enfants connaît bien la région, puisqu'il a été de 1988 à 1992 directeur de cabinet du préfet de Rhône-Alpes.