Le Parti socialiste genevois ne sait plus sur quel pied danser. Alors que son comité directeur avait, en janvier, accepté le compromis négocié avec la droite par ses délégués sur le volet cantonal de la réforme fiscale des entreprises et qu’une assemblée générale l’avait validé, la direction a fait volte-face la semaine dernière. Et une assemblée générale devra de nouveau se positionner le 12 mars prochain. Ces tergiversations font hurler la droite et risquent de compromettre la réforme cantonale qui, sans un large front politique, pourrait échouer devant le peuple. Colère du député socialiste Romain de Sainte Marie, artisan de l’accord.