Le mot qui revient toujours, c’est «blottie». Romainmôtier est une ville – ses quelque 550 habitants tiennent à ce terme – qui demeure blottie au creux des premiers contreforts du Jura, enveloppée de la rivière du Nozon qui coule depuis Vaulion. Mais ne vous arrêtez pas uniquement au pittoresque, à la beauté sainte du lieu né au Ve siècle, au nid médiéval posé dans la lumière fragile sur un fond de forêt mystérieuse. Dans «blottie» se tient aussi la résistance de Romainmôtier. Quelque chose qui en a toujours fait un endroit presque discret bien qu’admiré loin à la ronde, fort de son indépendance, où l’on ne se comporte pas comme ailleurs. Ainsi, dans ce Jura Nord vaudois devenu avec le temps un bastion d’une UDC encore marquée par ses origines agricoles, ceux de Romainmôtier apparaissent comme des exceptions bizarres sur la carte électorale régionale. Comme si la beauté, l’artisanat, le lien au Ciel, clés de voûte du récit de l’histoire locale, pouvaient aussi mener à des conséquences politiques.

Une sensibilité de gauche

Au sujet des élections communales vaudoises:

Au sujet des élections communales vaudoises:

Car la bourgade née du monastère fondé par Romain de Condat il y a quinze siècles apparaît souvent comme l’une des trois communes suisses les plus marquées à gauche lors des analyses électorales. Durant la dernière journée de votations, elle a accepté à plus de 80% l’initiative pour des multinationales responsables, la positionnant comme première ville vaudoise en sa faveur. Pourtant, le district du Jura Nord vaudois est la région du canton qui regroupe le plus d’électeurs agrariens. Le conseiller national UDC Jacques Nicolet qui vient de Lignerolle, à 10 kilomètres au nord de Romainmôtier, estime que 20% des membres du parti cantonal viennent des environs. Existe-t-il une volonté de conquérir électoralement ces irréductibles gauchistes? «Non, répond le parlementaire, ses habitants sont d’une sensibilité différente, sûrement bercés par l’histoire de ce site clunisien, ils ne défendent pas comme nous les positions agricoles.»