Il s’agit de s’assurer que le départ pour Gstaad se fera sans problème, a indiqué à l’ATS Folco Galli. Le porte-parole de l’Office fédéral de la justice se dit néanmoins conscient que l’arrivée dans la station de l’Oberland bernois ne pourra pas se faire discrètement. Des journalistes du monde entier y sont attendus pour apercevoir le réalisateur.

Roman Polanski ne doit pas arriver avant 13h00 à Gstaad où il est assigné à résidence en attendant que les autorités décident ou non de l’extrader aux Etats-Unis. Folco Galli n’a pas voulu préciser par quel moyen de transport le transfert aurait lieu depuis le nouveau lieu de détention de Roman Polanski.

Selon une source de l’AFP, l’épouse du cinéaste Emanuelle Seigner et leurs deux enfants devraient être présents à son arrivée. Agé de 76 ans, Roman Polanski est en détention extraditionnelle depuis le 26 septembre, date à laquelle il a été arrêté à l’aéroport de Zurich sur mandat américain pour le viol d’une mineure en 1977.

Le Tribunal pénal fédéral a accepté le 25 novembre qu’il demeure en résidence surveillée en attendant que les autorités se prononcent sur la demande d’extradition des Etats-Unis. La réponse devrait tomber «dans les prochaines semaines», a précisé Folco Galli, sans toutefois dire si ce serait encore avant Noël ou en janvier.

Pour éviter qu’il ne quitte la Suisse, Roman Polanski a dû verser une caution de 4,5 millions de francs et déposer ses papiers d’identité. A son arrivée à Gstaad, un bracelet électronique lui sera mis. S’il devait dépasser les limites de son jardin, une alarme se déclencherait, selon Folco Galli.