Le retrait du duo Mathias Reynard-Priska Seiler Graf de la course à la coprésidence du Parti socialiste suisse ouvre-t-il une voie royale au tandem concurrent, composé de Cédric Wermuth (AG) et de Mattea Meyer (ZH)? A priori oui. Mais les socialistes romands, qui s’étaient rangés derrière le Valaisan et sa camarade zurichoise, ne déposent pas les armes. Ils réfléchissent à un scénario de rechange afin de maintenir le débat interne le plus vivant possible jusqu’à l’élection lors du congrès du parti, les 17 et 18 octobre.

Lire aussi: Une course plus indécise que jamais pour la présidence du PS