Les critiques sont virulentes envers la direction de la RTS depuis que Le Temps a révélé de graves dysfonctionnements voici deux semaines. «Management dur et patriarcal, culture de la peur, manque d’empathie envers les victimes», et l’on en passe. Soucieux d’apaiser les esprits en attendant les résultats des enquêtes indépendantes qui ont été lancées, l’actuel directeur, Pascal Crittin, défend la culture de son entreprise. «Les situations inacceptables décrites récemment dans la presse ne sont pas la norme à la RTS», souligne-t-il.