La RTS annonce ne pas prévoir de licenciement l'année prochaine, dans le cadre des nouvelles mesures d'économies décrétées par la maison-mère SSR. A terme, le diffuseur romand prévoit de couper 15 millions de francs, «entre 50 et 65 poste» sur ses 1518 équivalents plein temps.

La RTS mise sur les départs à la retraite, dans un premier temps au moins, ce qui reporte des suppressions d'emplois à la période 2022-2024. Elle mise sur «la modernisation de ses infrastructures et ses bâtiments» pour diminuer ses charges.

La SRF supprime et créée des postes

La radio-télévision alémanique SRF a communiqué ce mardi qu'elle va supprimer 116 emplois à plein temps d'ici 2022. Des cours de recyclage sont aussi prévus pour 100 personnes.

Les suppressions d'emplois se feront en deux étapes: 66 emplois seront supprimés en janvier prochain et 145 à l'automne prochain, a annoncé mardi SRF. Le groupe public entend aussi créer 95 nouveaux emplois.

Un besoin de nouvelles compétences

L'entreprise a un besoin urgent de nouveaux profils d'emplois et de nouvelles compétences pour sa transformation numérique, a indiqué la directrice de SRF Nathalie Wappler, citée dans le communiqué. Elle prévoit également de recycler une centaine de personnes. Un budget de formation a été alloué.

Ces mesures s'inscrivent dans le cadre du plan d'économie de 50 millions de francs annoncé la semaine pasée par la SSR. Au total, 250 emplois à plein temps seront supprimés d'ici 2024 en raison de la baisse des recettes publicitaires et de la crise du coronavirus. La SSR compte actuellement 5500 emplois.

A ce sujet: Gilles Marchand: «Il y aura un fonds de reconversion»