«Vous êtes de quel parti?» demande un passant. «On n’est pas d’un parti. On est la télévision», répond Jérôme Galichet, journaliste à la RTS. Cet échange dans les rues de Moudon illustre le défi que s’était lancé l’émission Mise au point: faire participer 50% des Moudonnois aux élections fédérales.

«Vous n’y arriverez jamais», leur disait-on. Raison de plus pour se donner les moyens. Pendant six semaines, Jérôme Galichet et Cécile Durring, deux journalistes, ont pris leurs quartiers dans un local avec pignon sur rue ouvert au public au centre de Moudon. Ensemble ils ont mené Objectif 50 – pour 50% de participation –, une opération citoyenne et éditoriale, qui a animé la petite localité broyarde en période électorale.

Retrouvez tous nos articles sur les élections fédérales

La fanfare mobilisée

Avec une équipe de militants locaux, ils ont mis les outils classiques des campagnes politiques au service d’une cause non partisane: la démocratie. Porte-à-porte, appels téléphoniques, opération coup-de-poing sur la place publique, ils se sont même fait accompagner par la «guggen» de Moudon, une fanfare locale, afin de transmettre leur message dans les rues de la ville.

Le pari est presque réussi. La participation des Moudonnois aux dernières élections fédérales a frôlé les 46%. Une aventure qu’ils ont racontée en trois épisodes et de nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux. Le dernier épisode sera diffusé ce dimanche 27 octobre à 20h sur la RTS.

Comprendre l’abstentionnisme

Le projet est né d’un constat: «A chaque élection, on voit que le taux de participation est en dessous de 50%, explique Jérôme Galichet. J’avais envie de comprendre ce phénomène en profondeur et même essayer d’offrir des solutions.» Son choix se porte alors sur la commune de Moudon. La localité affichait un taux de participation particulièrement bas lors des dernières élections fédérales (36,9%), largement en dessous de la moyenne nationale (48,5%). En outre, la commune incarne nombre d’enjeux politiques actuels liés au développement démographique, à la mobilité et à une certaine fragilisation du tissu économique.

Lire aussi: Ruraux ou urbains, d’où viennent les membres du Conseil national?

Qu’ont appris les reporters sur l’abstentionnisme? «La majorité des abstentionnistes sont des gens peu informés, qui ne se sentent pas légitimes pour voter, constate Cécile Durring. On entend des phrases du type: «La politique, ça ne m’intéresse pas», «Même si je vote ça ne change rien», «Je ne sais pas pour quel candidat il faut voter.» Certains ne pourront pas être convertis. D’autres voteront pour la première fois, comme Léonore, une Suisso-Portugaise, dont le baptême démocratique a été immortalisé en images par les journalistes.

Un succès qui inspire

Sur les 2566 électeurs inscrits, 1140 ont manifesté leur voix, soit 200 de plus qu’à l’occasion de l’élection précédente. Le taux atteint était de 45,4%, soit dix points de plus qu’il y a quatre ans. La municipalité de Moudon a remercié publiquement les deux journalistes pour leur «honorable action», qui a permis de sensibiliser les Moudounnois. Des habitants voudraient même pérenniser le QG temporaire d’Objectif 50 pour en faire un centre citoyen.