Commentaire

Sabotage réussi

A Genève, la droite n'est pas parvenue à reconquérir un des deux sièges occupés par le camp rose-vert aux Etats. La faute à l'Entente, estime la Nouvelle Force, qui proposait une alliance de droite élargie. Un raisonnement pour le mois spécieux

A Genève, la droite dure a démontré sa capacité de nuisance. En maintenant deux candidats au second tour de la course aux Etats, la Nouvelle Force a offert à la gauche une troisième législature à la Chambre haute. Une opération de sabotage fièrement menée, dont le but était de «donner une leçon» à «la droite la plus bête du monde».

«Nous n'en serions pas-là si l'Entente avait été moins arrogante», plastronnaient dimanche l'UDC Yves Nidegger et le MCG Eric Stauffer. La Nouvelle Force demandait pourtant si peu, en échange du retrait d'Eric Stauffer: juste une campagne commune avec le PLR Benoit Genecand. Pour l'avoir refusée, l'Entente porterait elle-même la responsabilité de son échec.

Lire également : Les deux sénateurs de gauche n’ont pas été inquiétés par une droite désunie

Le raisonnement est pour le moins spécieux. Dans le canton de Vaud, l'alliance entre UDC et PLR n'a pas eu lieu non plus, mais Olivier Français a bien été élu. Pourquoi? Parce que l'UDC s'y est montrée moins jusqu'au-boutiste en ne lançant personne contre le candidat PLR. Si l'objectif était vraiment de reprendre un siège à la gauche, la droite dure genevoise aurait pu s'inspirer de l'exemple vaudois. Elle ne l'a pas fait.

La Nouvelle Force aurait aussi pu accepter l'affrontement à la loyale. Ne lancer, comme l'Entente, qu'un candidat contre le duo de gauche, sans condition préalable. Mais elle voulait plus. Elle voulait une alliance qui n'existe nulle part ailleurs en Suisse. Elle voulait qu'on la reconnaisse et qu'on l'adoube. Elle voulait que l'Entente oublie le fossé qui sépare désormais les droites quant à leur rapport au monde.

L'Entente lui a dit non. Un peu trop fort, regretteront les tacticiens. Mais à raison. La Nouvelle force a choisi de s'en offusquer jusqu'à l'absurde, offrant par-là une autre démonstration: Genève a la droite dure la plus bête du monde.

Publicité