Deux jours après l’attaque d’une violence rare qui a fait un mort et cinq blessés dans un train à Saint-Gall, le profil de l’assaillant se précise. Selon le «Blick», ce Suisse de 27 ans vivait depuis trois ans dans un village de la principauté du Lichtenstein, à la frontière avec le canton de Saint-Gall. Il était employé à temps partiel dans un magasin de livraison de voitures de la région, où il avait réalisé un apprentissage.

Auparavant, il avait étudié à la haute école technique de Buchs. Dans le quotidien alémanique, son voisinage le décrit comme un jeune homme réservé et calme, un solitaire qui a longtemps souffert de moqueries et railleries ou encore, un «marginal».

«Il vivait en retrait»

«J’ai le sentiment qu’il avait des problèmes avec lui-même», affirme l’une de ses connaissances. Grand, maigre, pâle, il louchait et portait des lunettes. Souvent seul, il n’avait pas d’amis. Selon un voisin, «il vivait en retrait, ne répondait pas lorsqu’on le saluait dans la rue et restait de longues heures assis dans son jardin à lire».

L’homme a incendié un wagon et frappé plusieurs passagers à l’aide d’un couteau samedi après-midi. L’une de ses victimes, une femme de 34 ans, a succombé à ses blessures. Une jeune femme de 17 ans se trouve encore dans un état critique. Quant aux autres blessés, une fillette de six ans, deux hommes et une femme de 43 ans, ils sont tirés d’affaire. L’assaillant est lui aussi décédé des suites de brûlures et de coups de couteau, avant d’avoir pu être interrogé par la police. L’enquête se poursuit pour déterminer les motifs de son geste.


Sur le même sujet