rémunérations

Le salaire médian en Suisse a atteint 6502 francs

L’Office fédéral de la statistique publie son enquête sur les salaires en 2016. Le salaire médian, c’est-à-dire à l’exacte moitié du plus bas et du plus élevé, a grimpé de 300 francs en deux ans. Les assurances constituent le secteur le plus rémunérateur

Le salaire médian en Suisse pour un emploi à plein temps atteignait 6502 francs bruts par mois en 2016. Le montant apparaît en hausse de 313 francs par rapport à la précédente enquête menée par l'OFS en 2014.


Qu'entend-on par «médian»?

La valeur médiane renvoie à la valeur par rapport à laquelle 50% des salaires sont supérieurs et 50% inférieurs. Elle ne doit pas être confondue avec le salaire moyen, qui consiste en la somme de tous les salaires divisée par le nombre de travailleurs considérés.


Dans le détail, les 10% des salariés les moins bien rémunérés ont gagné moins de 4313 francs bruts par mois, alors que les 10% les mieux payés touchaient plus que 11 406 francs, a indiqué lundi devant la presse à Berne l'Office fédéral de la statistique (OFS). L'enquête constate aussi que près d'un tiers des salariés perçoit un bonus.

Une démarche récente: Au Royaume-Uni, opération transparence sur les salaires

Assurances et informatique en tête

Les salaires varient beaucoup d'un secteur économique à l'autre. Les niveaux de rémunération sont nettement supérieurs au salaire médian dans les activités à forte valeur ajoutée comme les assurances (8762 francs), l'informatique et les services d'information, la conception d’applications, (8900 francs), les services financiers (9742 francs) ou l'industrie pharmaceutique (9835 francs).

Lire aussi: Les salaires des médecins pointés du doigt

En bas: l’hôtellerie et les services personnels

Au bas de l'échelle des salaires, figurent l'industrie textile et de l'habillement (5208 francs), le commerce de détail (4798 francs), l'hôtellerie-restauration (4337 francs) et les services personnels (4076 francs). Entre 2008 et 2016, la fourchette générale des salaires, l’écart global entre les salaires les plus élevés et ceux les plus bas, est restée stable, passant d’un facteur 2,7 à 2,6.

Publicité