Satisfaction à Bruxelles

«Le peuple suisse partage l’opinion de l’Union européenne (UE) selon laquelle la restriction à la libre circulation des personnes constitue un danger pour la croissance.» C’est en ces termes que la Commission a salué le rejet de l’initiative Ecopop ce dimanche. Maja Kocijancic, porte-parole aux Affaires étrangères, a rappelé hier qu’une acceptation aurait remis en question les relations bilatérales Suisse-UE. La Commission s’était abstenue de tout commentaire avant le vote au nom du principe de non-ingérence dans les affaires intérieures de pays tiers.

Dès lors, le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann pourra venir à Bruxelles ce vendredi pour signer l’accord sur la participation suisse au programme européen de recherche Horizon 2020. En cas d’acceptation de l’initiative, la visite aurait été annulée.

Il ne s’agit toutefois que d’une participation limitée à certains programmes de recherche. La Commission avait sanctionné la Suisse après le oui à l’initiative «Contre l’immigration de masse» le 9 février dernier. Celle-ci prône la fin de la libre circulation et la préférence nationale dans le recrutement en Suisse.

La Commission est revenue sur sa position après plusieurs mois de négociations, mais aussi suite aux pressions exercées tant par les chercheurs européens que suisses. L’accord arrivera toutefois à échéance en décembre 2016.