Sécurité 

A Savatan, la formation des policiers s'urbanise

L’école de police lémanique, qui reste dirigée par Alain Bergonzoli, réaménage son enseignement pour la rentrée 2019. Comme promis au canton de Genève, qui continuera d’y envoyer ses aspirants

Moins de marches et d’exercices d’endurance, moins de formel, moins de cérémonies au drapeau. En échange, davantage de judiciaire, d’exercices pratiques pluridisciplinaires et de formation individuelle par e-learning. Le programme d’enseignement des policiers formés à l’Académie de police de Savatan a été réaménagé, ont annoncé jeudi les cantons partenaires. Ces changements, introduits sous le pilotage de la conseillère d’Etat vaudoise Béatrice Métraux, prendront effet à la rentrée 2019. Ils permettent notamment de pérenniser la présence des aspirants genevois sur le nid d’aigle du Chablais.

Sur le même sujet: Genève reste à Savatan mais exige des changements

La décision du canton de Genève de rejoindre l’académie de police valdo-valaisanne avait eu pour effet de renforcer la position de ce site dans le paysage morcelé de la formation policière romande. Mais dans le même temps, les critiques – notamment genevoises – visant l’école et son directeur, Alain Bergonzoli, avaient redoublé. L’ancien patron de la gendarmerie vaudoise s’est vu reprocher son esprit militaire, son goût de l’uniforme et une pédagogie éloignée des besoins urbains. Au point que le canton de Genève avait fait de l’aggiornamento de cette formation la condition de sa participation durable.

L’enseignement revu et corrigé de Savatan est en phase avec le nouveau concept général de formation (CGF) décidé au niveau suisse, qui entrera en vigueur dès 2020 pour toutes les écoles de police du pays. La durée des études passera d’un à deux ans. La première année se déroulera dans les écoles, la seconde s’effectuera essentiellement au sein des corps de police. Alain Bergonzoli, qui a participé pleinement à la mise à jour de son école, reste à son poste. Mais la cérémonie du lever des couleurs n’aura plus lieu qu’une fois par mois au lieu de chaque semaine.

Coût de la formation sous la loupe

Le coût de la formation dispensée à Savatan a aussi fait l’objet de controverses, passant pour plus élevé que celui d’autres écoles. L’Inspection des finances du canton du Valais a été chargée de définir d’ici fin 2019, en collaboration avec le Contrôle cantonal des finances vaudois, un modèle d’organisation et de financement qui permette une autonomie optimale de Savatan, tout en assurant une formation de qualité au prix le plus bas pour les cantons partenaires.

C’est en 2016 que Genève a rejoint l’Académie de Savatan, où étaient déjà formés les policiers vaudois et valaisans. Cette décision n’avait pas été prise de gaieté de cœur, mais pour des raisons financières, un maintien à Genève impliquant un coûteux agrandissement du centre de formation de Carouge. Grâce à ce ralliement, l’Académie de police forme 80% des policiers romands.

Publicité