Ce lundi 2 décembre 2019, en début d’après-midi, 246 parlementaires, dont près de 80 pour la première fois, pénètrent dans le Palais fédéral pour être assermentés et assumer le mandat que leurs électrices et électeurs leur ont confié. Ils s’installent pour quatre ans dans ce bâtiment solidement campé sur ses fondations depuis 1902, date de sa construction sur une falaise qui surplombe l’Aar et offre une vue imprenable sur les Alpes. Un édifice en mollasse grise d’apparence tranquille, imperturbable, sans histoire. Pourtant, si ses murs pouvaient parler, ils en auraient à raconter, des histoires. Car ils en ont vécu des moments particuliers, inattendus, quelquefois drôles ou rocambolesques, parfois émouvants ou tragiques. Il y a d’un côté l’histoire officielle du Palais du parlement, liée à la confection de l’arsenal constitutionnel et législatif suisse, sa mission. Mais il y a de l’autre les petites histoires, les anecdotes, celles qu’on se murmure à l’oreille et qui montrent que, finalement, la Suisse est un pays tout à fait ordinaire.

Lire aussi: Modeste et spectaculaire, le double jeu du Palais fédéral