Mode «nuit»

Il n’y a pas que les initiatives sur l’eau potable et les pesticides soumises au vote ce dimanche qui fâchent la campagne ces jours-ci. A Schaffhouse, les écologistes ont vu leurs affiches brûlées, ou aplaties sous des roues de tracteur. «Je n’ai jamais vécu un tel niveau de tension auparavant», admet Roland Müller, président des Vert·e·s cantonaux. L’objet de cette colère? L’initiative «plus de place pour la nuit» pour limiter la pollution lumineuse.

Ce texte réclame l’extinction des éclairages publics qui ne sont pas «pertinents pour la sécurité» sur l’ensemble du territoire cantonal, entre 22h et 6h. Pour les trottoirs ou les places publiques qui doivent rester visibles, l’initiative préconise l’installation de lampadaires avec détecteurs de mouvement. Elle prévoit aussi de soumettre à autorisation toute nouvelle lampe installée à l’extérieur par un particulier, de rénover les éclairages existants et de créer un bureau cantonal de conseil en matière d’émissions lumineuses.