La campagne de vaccination démarre en Suisse, et elle représente un immense défi pour les autorités. D’ici à février, la Suisse devrait recevoir au moins 1,5 million de doses de vaccins contre le Covid-19. Après une année marquée par les restrictions sanitaires et un afflux de patients inédit dans les hôpitaux, l’opération suscite impatience et scepticisme. Puis-je espérer une piqûre dans les prochains jours? Dois-je prendre rendez-vous dès maintenant? Sera-t-il possible de définitivement retirer mon masque? Alors que la stratégie de vaccination prend forme, les questions s’accumulent.

Lire aussi:  Les vaccins: de la science, pas de la sorcellerie

■ Quand pourrai-je me faire vacciner?

Les plus enthousiastes devront faire preuve de patience. Malgré une production massive, le vaccin reste une denrée rare. La stratégie de la Confédération consiste à administrer les premières doses à des groupes prioritaires. Il s’agit des personnes âgées de 75 ans ou plus, des adultes atteints d’une maladie comme le diabète, l’hypertension ou un cancer, du personnel de santé en contact régulier avec des malades du Covid-19 ou avec des patients particulièrement vulnérables. Tous les cantons romands ont démarré la campagne de vaccination auprès de cette population sensible. Nora Kronig, responsable de la division internationale de l’OFSP, a indiqué le mardi 5 janvier que le reste de la population pourrait accéder au vaccin d’ici à l’été. C’est en tout cas l’objectif fixé par les autorités.

■ Comment prendre rendez-vous?

La procédure diffère d’un canton à l’autre. La campagne se fera en plusieurs étapes, en donnant la priorité aux personnes vulnérables. Pour une réponse détaillée, qui correspond à votre situation personnelle, il est nécessaire de consulter les plateformes cantonales.

Genève: L’inscription se fait uniquement en ligne via un formulaire, un dispositif qui s’adresse «en priorité» aux personnes âgées de 75 ans ou plus. Les autorités cantonales précisent par ailleurs que les inscrits jugés non prioritaires (non vulnérables) ne pourront probablement pas obtenir de rendez-vous avant mars.

Vaud: Les candidats vaudois à la vaccination doivent consulter la plateforme Coronavax.ch, qui réceptionne les demandes de rendez-vous en complément de la hotline téléphonique, ouverte pour les personnes qui ne disposent pas d’une connexion internet (058 715 11 00, tous les jours de 8h00 à 20h30).

Valais: Depuis le 11 janvier, les médecins en cabinet peuvent vacciner les personnes de plus de 75 ans ainsi que les personnes avec une maladie chronique impliquant des risques élevés de complications, indépendamment de leur âge. Selon la disponibilité des doses, la vaccination sera étendue, à partir du mois de février, aux personnes entre 65 et 74 ans ainsi qu’aux autres personnes atteintes de maladie chronique. 

Fribourg: Les inscriptions dans les centres de vaccination à Forum Fribourg et à Espace Gruyère seront ouvertes dès le 13 janvier. Les personnes habitant dans la Broye pourront aussi s’adresser au centre de vaccination du HIB (Payerne) qui ouvrira le 25 janvier. 

Neuchâtel: Pour l'instant, le canton n'offre pas la possibilité de prendre rendez-vous en raison de la quantité de doses limitée. La priorité est donnée aux personnes vulnérables qui doivent s'adresser à leur médecin traitant. Au fur et à mesure de la campagne, l'inscription sera possible en ligne ou par téléphone. Certains cabinets médicaux ou pharmacies pourront être intégrées au dispositif cantonal.

Jura: Les résidents et le personnel des institutions de la santé et du social sont prioritaires. A partir du 18 janvier, le Jura proposera la vaccination aux personnes vulnérables vivant à domicile, aux personnes partageant leur domicile ainsi qu’au personnel de santé hors institutions. Afin d’obtenir un rendez-vous, il est nécessaire de remplir un formulaire d’éligibilité.

■ Dois-je me faire vacciner si j’ai déjà eu le Covid-19?

Si vous avez déjà été contaminé, l’administration du vaccin n’interviendra pas dans l’immédiat. Les autorités se reposent sur l’immunité naturelle espérée à la suite de l’infection pour établir l’ordre des candidats à la vaccination. Des études doivent encore évaluer la persistance des anticorps et leur efficacité pour éviter une nouvelle contamination. En fonction des données scientifiques, l’accès au vaccin pourrait être facilité dans les prochains mois.

■ Combien coûtera le vaccin?

Le vaccin est gratuit pour la population.

■ Sera-t-il possible de choisir le vaccin injecté?

Non, cette possibilité ne sera pas offerte. Les autorités commandent les doses de vaccin en s’appuyant sur l’expertise de Swissmedic. L’institution évalue la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments avant tout mise sur le marché. Fin décembre, elle a validé la solution de Pfizer/BioNTech. Le vaccin de l’entreprise Moderna, dont le principe actif est produit en Valais, a été approuvé le mardi 12 janvier par l’autorité de surveillance. Le vaccin proposé par AstraZeneca n'a pas encore obtenu le feu vert.

■ Devrai-je continuer à respecter les mesures barrières?

Oui, la distanciation sociale et le port du masque restent au cœur de la stratégie pour freiner la propagation du coronavirus. Le vaccin ne représente malheureusement pas une solution miracle, dans la mesure où les doses sont encore en nombre limité et qu’une longue période sera nécessaire pour vacciner une partie suffisante de la population. Selon les experts, le retour à la normale pourrait prendre plusieurs mois, voire plus.

■ Et si je refuse de me faire vacciner?

La vaccination n’est pas obligatoire. Les autorités misent sur le volontariat pour assurer le succès de l’opération.